Jenny Salgado

alias J.Kyll

Home
Envoyer Imprimer

Michaelle Jean chante pour Haïti

 

 

Explications du séisme en Haïti

Pour ceux qui ne l'ont pas regardé, voici un extrait de l'émission «Découverte» sur Radio-Canada

donnant l'explication scientifique du tremblement de terre en Haïti.

 

 

À propos du séisme en Haïti

source: rebellyon.info

publié samedi 23 janvier 2010

 

Mardi, à 16h53, heure locale, un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter a ravagé Haïti. La capitale Port-au-Prince, bidonville tentaculaire comptant près de deux millions d’habitants, a été purement et simplement rasée. Le bilan est terrible. Et il s’alourdit encore d’heure en heure. Quatre jours après la catastrophe, en ce vendredi 15 janvier, la Croix-Rouge dénombre déjà de 40 000 à 50 000 morts et « une quantité énorme de blessés graves ». D’après cette association caritative française, au moins trois millions de personnes ont été touchées directement par le tremblement de terre [1]. En quelques secondes, 200 000 familles ont perdu leur « maison », souvent faites de bric et de broc. Les grands bâtiments se sont aussi effondrés comme des châteaux de cartes. Les routes, déjà délabrées, l’aéroport, les vieilles lignes de chemin de fer,… rien n’a résisté.

 

La raison de ce carnage est révoltante. Haïti est l’un des pays les plus pauvres du monde, 75 % des habitants y survivent avec moins de 2 dollars par jour et 56 % avec moins de 1 dollar ! Sur ce bout d’île frappé du sceau de la misère, rien, évidemment, n’a été construit pour faire face aux tremblements de terre. Pourtant, Haïti est une zone sismique connue. Tous ceux qui prétendent aujourd’hui que cette secousse a été d’une violence exceptionnelle et imprévisible mentent. Le professeur Eric Calais, lors d’un cours de géologie donné dans ce pays en 2002, affirmait ainsi que l’île est traversée par « des failles capables de magnitudes 7.5 à 8 » [2]. Les autorités politiques d’Haïti étaient elles aussi officiellement informées de ce risque comme le prouve cet extrait tiré du site du Bureau des Mines et de l’Energie (qui dépend du ministère des travaux publics) : « chacun des siècles passés a été marqué par au moins un séisme majeur en Hispaniola (Nom espagnol de cette île séparée aujourd’hui en deux pays, Haïti et la République Dominicaine, NDLR) : destruction de Port au Prince en 1751 et 1771, destruction de Cap Haïtien en 1842, séismes de 1887 et 1904 dans le nord du pays avec dégâts majeurs à Port de Paix et Cap Haïtien, séisme de 1946 dans le nord-est de la République Dominicaine accompagné d’un tsunami dans la région de Nagua. Il y a eu des séismes majeurs en Haïti, il y aura donc des séismes majeurs dans le futur à l’échelle de quelques dizaines ou de la centaine d’années : c’est une évidence scientifique. » [3]. Et alors, face à cette « évidence scientifique », quelles ont été les mesures prises ? Aucune ! En mars 2008 encore, un groupe de géologues avait alerté sur un risque majeur de séisme de grande amplitude dans les deux ans à venir et certains scientifiques avaient même tenu une série de réunions en mai de la même année à ce sujet avec le gouvernement haïtien [4]. Ni l’État haïtien, ni tous les États qui aujourd’hui versent des larmes de crocodiles et lancent des appels à la « solidarité internationale », États-Unis et France en tête, n’ont pris la moindre mesure préventive pour éviter ce drame prévisible. Les bâtiments construits dans ce pays sont si fragiles qu’ils n’ont d’ailleurs même pas besoin d’un séisme pour s’effondrer : « en 2008, déjà, une école de Pétionville avait enseveli, sans aucune raison géologique, près de 90 enfants ».

 

Lire la suite ici: Rebellyon.info

 

 

 

Jean-Claude Duvalier Donates

$8 Million To Haiti

 

Posted by Haiti News on 1/19/10 12:23 AM

Haiti's Ex dictator, Jean Claude 'Baby Doc' Duvalier is donating $8 million to the American Red Cross for the Haiti earthquake relief efforts.

This is according to an article posted on the UK Telegraph ?http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/cen...

Here is Jean Claude Duvalier's official statement:

Message de Solidarité au peuple haitien de M.Jean-Claude Duvalier, à la suite du séisme du 12 janvier 2010.


Chers compatriotes,

C'est avec effroi et une profonde émotion, mais aussi une très grande préoccupation, que j'ai suivi les conséquences meurtrières et dévastatrices du terrible tremblement de terre qui a frappé si impitoyablement notre pays. ??En ces heures de grande détresse nationale, mes pensées vont aux blessés, aux victimes, particulièrement aux enfants et à la jeunesse, à leurs familles et à leurs proches.

?En ce moment de douleur et de deuil, je tiens à vous assurer de ma totale solidarité, et j’adresse aux familles si cruellement éprouvées mes sincères condoléances et mes plus profondes sympathies.

J'adresse également à toutes les équipes de secours mobilisées ma reconnaissance pour le travail remarquable qu’elles accomplissent dans des conditions extrêmement difficiles.

?Je voudrais exprimer mes sincères remerciements et encourager le formidable élan de solidarité que toutes les Haitiennes et tous les Haitiens du Monde manifestent, et auquel la communauté internationale s'associe pleinement.

Que cette communauté soit assurée de ma profonde gratitude.

?Devant ce lourd et révoltant tribut, une fois de plus, infligé au Peuple et à la terre d’Haiti, la Nation toute entière doit se mobiliser pour surmonter ses malheurs.

?Malgré la gravité de la situation, je souhaite vous dire mon espoir et ma conviction qu'Haiti saura retrouver, grâce à une exceptionnelle mobilisation des forces vives de notre pays, avec l'aide de la communauté internationale, le chemin d'une réelle reconstruction.

?Peuple Haitien, ?Je connais votre extraordinaire courage, l'abnégation, et les sacrifices dont vous êtes toutes et tous capables pour sauver notre pays. ??Les moments pénibles que nous vivons en appellent au sens du sacrifice national.

Dans ces circonstances particulièrement dramatiques pour notre pays, je tiens a exprimer toute ma solidarité et mon soutien.

Je demande officiellement aux autorités suisses, de transférer immédiatement l'ensemble des avoirs de la Fondation de feu ma Mère Simone Ovide Duvalier ( 8 millions de dollars US ), à la Croix-Rouge Américaine (American Red Cross), en vu de porter une assistance d'urgence, principalement aux populations des villes de Léogane - ville natale de feu ma Mère-, Carrefour - ville natale de feu mon Père- et, Port-au-Prince - ou je suis né- mais aussi Gressier, Pétion-Ville, Jacmel, les Cayes, Petit Goave, Grand Goave...

?J'ai immédiatement pris des dispositions pour qu'une première aide d'urgence d'envergure parvienne à Port-au-Prince au plus tôt, et, un important réseau de bénévoles est mobilisé pour aider la population en détresse.

Aux familles démunies, aux sans abri, aux régions sinistrées, aux enfants et à la jeunesse, j’envoie un grand message de fraternité et de solidarité dans cette si cruelle épreuve.

Que Dieu sauve Haiti!

?A bientôt.

?Jean-Claude Duvalier.

?Paris, le 15 janvier 2010.

 

 

France vs U.S.A. sur le territoire haïtien

Paru le lundi 18 janvier 2010

source: Le Courrier (Quotidien suisse)

par: Simon Petite


Tout le monde veut aider Haïti

Six jours après le séisme, une course contre la montre est engagée. Il n'y aura bientôt plus aucun espoir pour les victimes ensevelies. Il faut maintenant soigner les blessés, désamorcer les épidémies, mettre en place un système de distribution de vivres, rétablir le réseau d'eau potable... Vu l'immensité des besoins –l'ONU évoque la pire catastrophe humanitaire des ces dernières décennies– toutes les bonnes volontés sont les bienvenues, mais cela ne va pas sans frictions. 

Ce week-end, un début de polémique a éclaté entre Paris et Washington. Samedi, un avion de Médecins sans frontières (MSF) transportant du matériel médical n'avait pas été autorisé à atterrir sur l'aéroport surchargé de Port-au-Prince, désormais géré par les Etats-Unis. Un ministre français a protesté avant que tout rentre dans l'ordre. 

Dérisoire, cet incident est révélateur des rivalités qui se jouent en marge du drame haïtien. Les Etats-Unis ont pris la direction des opérations et ont annoncé l'envoi de 10000 soldats dans une région qu'ils considèrent comme leur arrière-cour. La France, l'ancienne puissance coloniale, estime aussi avoir un rôle à jouer. De même que le Brésil, la puissance régionale, qui, ces dernières années, a beaucoup oeuvré pour la stabilisation de l'île. ?

Dans ces pays, l'émotion en faveur des victimes du séisme est sincère. Une importante communauté haïtienne vit aux Etats-Unis et est proche du président Obama. Les liens avec la France sont anciens et nombreux. De là à affirmer que leur aide est désintéressée, il n'y a qu'un pas. Mais à part les exilés qui risquent de débarquer sur les côtes de Floride, Haïti ne présente pas d'intérêts cruciaux pour les Etats-Unis. L'île est si pauvre qu'il est difficilement concevable d'imaginer qu'il faille conquérir ce marché à tout prix. ?

Quelles sont alors les arrière-pensées des parrains d'Haïti? La réponse est peut-être plus triviale: à l'heure où les écrans de télévision débordent de scènes de désolation, Obama et Sarkozy se doivent d'agir et surtout de le faire savoir. La logique du planté du drapeau est aussi à l'oeuvre chez les Organisations non gouvernementales (ONG). ?

Indispensable dans l'urgence, la pléthore d'organisations humanitaires étrangères peut se révéler contre-productive sur le long terme. La reconstruction d'Haïti nécessitera de mettre en place des services publics efficaces et pas seulement de tout déléguer aux ONG. L'Etat haïtien s'est écroulé. A tel point que certains évoquent la nécessité d'une tutelle sur le pays. Dans l'immédiat, c'est malheureusement indispensable. Mais, pour sortir la première république noire de l'Histoire du sous-développement, il faudra bien remettre les Haïtiens aux commandes.


 

Grâce à ceux qui habitent loin!

 

[Greg Palast-The Huffington Post- Dimanche 17 janvier 2010- Traduction: Gregor Seither] 

[...] 11. Comment est-ce que Haïti s’est retrouvée dans une situation pareille ? Avec une économie proche de zéro, une infrastructure détruite ou inexistante, qu’il s’agisse d’hôpitaux ou de systèmes de traitement des eaux – il y a deux stations de pompiers pour la totalité du pays. Quand aux autres infrastructures, elles sont tellement vétustes que le pays attendait simplement que la « nature » leur porte le coup de grâce.


Mais ne jetez pas trop vite la pierre à « Dame Nature » pour toute cette misère et cette destruction. Une bonne partie de la responsabilité incombe à Papa Doc et Baby Doc, la dictature Duvalier, qui a pillé le pays pendant 28 ans. Papa et son Bébé ont détourné plus de 80% de l’aide internationale vers leurs propres poches – avec la complicité du gouvernement U.S., trop contents de pouvoir compter sur les Duvalier et leur milice sanguinaire, les Tonton Macoutes, pour « lutter contre le communisme dans les Caraïbes ». (Sur ce front caribéen de la Guerre Froide, les escadrons de la mort du régime Duvalier ont assassiné plus de 60 000 opposants haïtiens.) 

12. Ce que Papa Doc et Baby Doc n’ont pas pu emporter dans leurs poches, le FMI a fini de le détruire à travers ses « plans d’austérité ». Un plan d’austérité est une sorte de rituel vaudou orchestré par des économistes dont le cerveau a été zombifié par une croyance irrationnelle qui veut qu’il faille détruire les services publics d’un pays si on veut que celui ci prospère.

13. En 1991, cinq ans après la fuite du sanguinaire Baby Doc (NdT qui se la coule douce aujourd’hui sur la Côte d’Azur en France), les Haïtiens ont élu un prêtre, Jean-Bertrand Aristide, qui s’est mis en tête de résister aux dictats du FMI. En seulement quelques mois, l’armée – avec un gros coup de main de la part de Georges Bush Senior – a renversé le « prêtre rouge ».

L’Histoire se répète, d’abord comme tragédie, puis comme farce. La farce en question, c’est George W. Bush. En 2004, quand Aristide a été réélu président, il a été enlevé et forcé à l’exil par des mercenaires U.S., sous les applaudissements de Baby Bush.

14. Il fut un temps où Haïti était riche, le pays le plus riche de cet hémisphère. Au 18è siècle, Voltaire écrivait que Haïti valait plus qu’une petite colonie froide et aride connue sous le nom de Nouvelle-Angleterre. La richesse de Haïti était dans son Or Noir: les esclaves. Mais les esclaves se sont révoltés et ne cessent de payer le prix de cette révolte.

De 1825 à 1947, la France a obligé Haïti à payer une somme annuelle afin de rembourser les esclavagistes français de leurs pertes, survenues lors de la révolte des esclaves. Plutôt que de réduire les Haïtiens en esclavage individuellement, la France a trouvé plus commode de réduire un pays entier en esclavage.

15. Le Secrétaire d’Etat à la Défense, Robert Gates nous déclare candidement, « Il y a des réalités de la vie qui affectent la rapidité avec laquelle certaines de ces choses peuvent se mettre en place. » Alors que les Islandais distants de 6 000 Km -  ont débarqué sous 48 heures,  le Navire Hopital de la Marine US devrait arriver dans… voyons voir, environ une semaine. Tu fais du bon boulot, Brownie! (NdT. Lors de la catastrophe Katrina, George Bush avait félicité le directeur de la FEMA avec cette expression, alors même que les secours étaient totalement inefficaces).

16. Je viens de recevoir un message de mon amie. On a retrouvé sa sœur sous les décombres, elle est morte. Et c’est son autre sœur qui a du l’enterrer. Et son père a besoin de ses médicaments antiépileptiques. Ca aussi c’est une « réalité de la vie » Monsieur le président.


Lettre du chef du Bloc Québécois 

au Premier Ministre

16 janvier 2010
source: Ameriquebec.net

Monsieur le Premier ministre,

Bien que dans l’immédiat la priorité soit de répondre aux besoins urgents de la population haïtienne lourdement frappée par un séisme dévastateur ce mardi, le Bloc Québécois estime qu’il est important que la communauté internationale pense également à plus long terme et coordonne ses efforts afin que voie le jour un vaste plan de reconstruction d’Haïti.

Je vous suggère donc de proposer que la communauté internationale se dote d’un plan de reconstruction d’Haïti similaire au plan Marshall, un plan qui serait mis en œuvre sous l’égide de l’ONU. Après le cataclysme qui a dévasté Haïti, un tel projet mobilisant la communauté internationale autour d’objectifs de développement qui soutiendront Haïti est devenu nécessaire pour rétablir et relancer le pays.

Pour ce qui est de l’aide immédiate, notamment en ce qui a trait aux secours et aux besoins en eau, en nourriture, en soins et en logement, le Bloc Québécois vous encourage à continuer et à intensifier vos efforts d’aide envers le peuple haïtien. À cet égard, nous croyons que l’engagement du gouvernement fédéral d’égaler les dons des citoyennes et des citoyens ne doit pas être plafonné, compte tenu des besoins criants.

Fortement présente au Québec, la communauté haïtienne est durement secouée par cette catastrophe majeure qui touche plusieurs membres de leurs familles. Toujours dans l’attente de nouvelles de leurs proches, ces gens vivent actuellement dans l’angoisse et nous devons leur porter assistance et réconfort. Dans cette perspective, nous estimons que le traitement des demandes de réunification des familles haïtiennes doit être accéléré.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de mes salutations distinguées.

Gilles Duceppe
Chef du Bloc Québécois

 

 

 

Contacts

Pour informations, booking et relation de presse:
Les Productions J.Kyll
437 Boulevard Arthur-Sauvé (bureau 204)
Saint-Eustache, QC
J7P 2B3
Tel: (514) 436-7323
Courriel: info@jennysalgado.com

Label: Tacca Musique
4446 St-Laurent, bureau 801
Montréal, QC  H2W1Z5