On va t'faire voir/Africa

Imprimer

On va t’ faire voir ! (Tout s’ cashe)

Lève tes putains de mains dans les airs

Et crie comme si on te dit de te taire !

Demain, c’est aujourd’hui…


Le présent n’est pas une erreur

Et demain ne sera pas ma peur

Qui me dira comment faire pour taire le passé de mon cœur ?

Aujourd’hui

Ton passé t’évoque ou t’abolit ?

Man,

Quelle époque !

Est-ce que ton passé t’oublie ?

Ton fils cale son cours d’histoire

Toi, tu cours vers le paradis fiscal de la cour

Prends son bouquin

Et dis-lui d’où tu viens !

Dis-lui tout ce qu’on t’a appris

Dis-lui tout ce qu’on t’a pris !

A-t-il appris à jouer ?

Ou à déjouer ?

Apprendra-t-il à grandir ?

Ou à rester jeune ?

A-t-il appris à grandir,

Ou à se faire petit ?

À se remplir l’appétit

Ou respecter le jeûne ?

A-t-il appris à mentir ?

À répéter ce qu’on dit ?

Ou à s’affranchir,

Au-delà de tes gènes,

Au-delà de ta gêne

Et à rester lui-même !

Libre ! 


Tu ne me connais pas

Tu ne nous connais pas !

Qu’est-ce tu sais de moi ?

Tu ne nous connais pas !

Va t’ faire voir !

Sinon, on va t’ faire voir

Qui on est !

Tu ne me connais pas

Tu ne Nous connais pas !

Qu’est-ce tu sais de Nous ?

Tu ne Nous connais pas !

Va t’ faire voir !

Sinon, on va t’ faire voir

Qui On est !


Apprendre à faire du fric,

C’est plus important que la musique

Car le spectacle, c’est l’art plastique !

Ainsi font, font, font…

Les marionnettes font du cash.

Donne ta vie au Maître,

À la Main qui se cache

Pour braquer le présent au nom d’un meilleur lendemain

Yo, watch le back des gens qui ne te tendent pas les deux mains,

La rage de l’âge qui déloge le déluge d’un gamin,

La tempête d’un enfant qui mijote dans l’Ritalin

Comme des marques sous un gilet à manches longues en plein été,

Et la marque sur le gilet qui cache mes poches endettées

J’ veux qu’on m’ remarque

Sous mes gilets trop mornes

Et mes blues d’automne

Que nul ne dérobe

Pas même l’été…

Comme un chèque de BS

En dépôt direct dans mon compte à la caisse

Un premier du mois,

Un loyer pas payé mais bien noyé !

C’est la multiplication du pain et du vin à la messe !

Aujourd’hui, j’ mange avec les rois

Et la misère va me vouvoyer !

Tu peux rester mais tu vas me vouvoyer !

Tu peux rester mais tu dois me vouvoyer !

J’veux pas me cacher

Est-ce que vous me voyez ?

Faut que j’cash pour que vous me voyiez !


Tu ne me connais pas

Tu ne nous connais pas !

Qu’est-ce tu sais de moi ?

Tu ne nous connais !

Va t’ faire voir !

Sinon, on va t’ faire voir

Qui on est !

Tu ne me connais pas

Tu ne Nous connais pas !

Qu’est-ce tu sais de Nous ?

Tu ne Nous connais pas !

Va t’ faire voir !

Sinon, on va t’ faire voir

Qui On est !


Combien ça coûte, le profit ?

Tu ne crois pas que ça suffit ?

Tu ne crois pas que ça suffit ?

Au diable, la musique !

Ça prend des esclaves musclés pour labourer les champs du fric…

Mais quand ils se mettent à chanter des chants d’espoir, des chants de guerre

Ils se mettent à chanter des chants de fer, des chants de briques

Qui chantent que la misère aura au moins su nous unir

Des chants pour dire,

Des chants pour dire…

Que ça suffit !

On a décidé que ça suffit !

Aujourd’hui, on sait qu’il ne suffit

Que d’une chanson

Pour propager les plans de la rébellion

Ça suffit !

On a décidé que ça suffit !

Aujourd’hui on sait qu’il ne suffit

Que d’une chanson

Pour propager les plans de l’évasion !

Lève tes putains de mains dans les airs

Et crie comme si on te dit de te taire !

Lève tes putains de mains dans les airs

Et crie comme si on te dit de te taire !

Demain, c’est aujourd’hui

C’est aujourd’hui demain

Et demain est un autre aujourd’hui

Demain, c’est aujourd’hui

C’est aujourd’hui demain

Et demain est un autre aujourd’hui…


 

Africa

 

Hey, M. le professeur,

Est-ce que tu sais qu’en Afrique, y’a des enfants qui rient encore ?

Ils sont chanceux de ne pas savoir qu’ici, on danse

Ici, on danse !

Mais qu’on a leur rythme dans l’corps !

Même si on ne les paye pas pour leur musique

Comme les philosophes de la Grèce n’ont pas payé le peuple d’Égypte

Comme personne n’a payé pour le coton, l’or, l’uranium…

Demande sa main contre un diamant à une femme du Sierra Leone !


Personne n’a payé !

Pour les cales pleines des négriers

Pour toutes les forêts défrichées

Pour les cobayes du HIV

Personne n’a payé !

Pour le cannabis du Maroc

Ni sa passe au point de transit des armes à feu et de la drogue !

Personne n’a payé !

Pour le trafic d’hommes, le trafic d’organes

La prostitution d’enfants et de femmes

Et quand ils ont le sida

On envoie plein de capotes,

Des parrainages d’images

Et nos pilules périmées en stock !


Et là, les touristes prennent la fuite !

Et les dirigeants cachent le fric

Et tout le monde se moque bien de la suite

Tant qu’on pleurera l’Afrique…


Ils nous ont monté un gros show

Le show pour la sensibilisation

Où jouent les musiciens de toutes les nations

Où est Africa ?

Sauf Africa

Africa !

Demande aux kleptocrates du monde occidental

Qui offrent nos pays au FMI et à la Banque Mondiale

Africa,

Où est Africa ?

Qu’ont-ils fait d’Africa ?

Où est Africa ?

Ils nous ont monté en bateau !

Le bateau de la mondialisation

Que partagent les joueurs de toutes les nations

Sauf Africa…

Africa !

On a tous voulu croire en ceux qu’on a élus

Mais ils ont fait couler l’Or Noir, comme le sang dans les rues

D’Africa !

Où est Africa ?

Où est Africa ?

Où est Africa ?